S'inspirer - Intérieur

Isoler un faux plafond

Publié le 23/02/2018
Isoler un faux plafond

Vous souhaitez isoler votre faux plafond pour lutter contre  les déperditions de chaleur ou bien pour diminuer les bruits environnants ?

Dans le premier cas, une isolation thermique de votre faux plafond vous permettra  de réduire votre facture énergétique.
Dans le second cas, l'isolant améliorera aussi le confort acoustique de votre habitat en agissant sur le niveau sonore.

Mais pourquoi choisir ? La solution 2 en 1 (thermique et phonique) existe ! Voici comment procéder grâce aux conseils de notre expert.

Faux plafond, quelle isolation choisir ?

Dans un premier temps, il faut vous demander à quoi servira l’isolation : à isoler des bruits, se protéger du froid ou les deux à la fois ?
Ensuite, observez votre faux plafond et mesurez-le. Le choix de votre isolant dépend de la hauteur de votre faux plafond mais aussi du type d’isolation que vous souhaitez avoir. Ces cartes en main, vous serez à même de choisir les matériaux nécessaires à l’isolation de votre faux plafond.

Les matériaux isolants

Il existe plusieurs matériaux pour isoler un faux plafond, voici les plus utilisés :

La laine de verre 

Elle se présente sous la forme d’un matelas de fibres enchevêtrées. Ce matériau est particulièrement recommandé pour une isolation acoustique car il absorbe bien les sons.

La laine de roche 

Elle est recommandée aussi bien pour une isolation thermique que pour la réduction des bruits. Elle absorbe parfaitement les sons et réduit de manière importante les bruits d'impact.

La mousse composite polyuréthane 

Cette mousse possède de très bonnes performances thermiques et elle est plutôt efficace dans le cadre d’une isolation phonique. Son avantage, c’est sa légèreté.

En résumé
  • Si vous isolez à cause du bruit : choisissez la laine de verre ou la laine de roche ; 
  • Si vous souhaitez une isolation thermique : préférez la laine de roche ou la mousse ; 
  • Si vous souhaitez la « formule 2 en 1 » : optez plutôt pour la laine de roche ; 
  • Si l’isolation doit être légère : choisissez la mousse. 
Bon à savoir

Certains isolants sont accusés de ne pas être « naturels » et de présenter des risques pour la santé et l’environnement. En réalité, il n’existe pas d’isolant « bio ». Tous les isolants sont industriels et ont subit des traitements (même la laine de lin, qui a l’air si naturelle). Méfiez-vous donc des fabricants qui ventent les mérites de leurs isolants écologiques…

L’isolation du faux plafond

Si vous n’avez pas encore de faux plafond

Le faux plafond est une structure métallique posée sur un plafond existant. L’ensemble est  recouvert de plaques de plâtre. Si vous souhaitez isoler, il faudra donc poser la laine ou la mousse juste avant de mettre les plaques de plâtre.

Pensez aussi à laisser de la place pour les raccordements électriques.

Une fois l’opération terminée, Recouvrez avec les plaques de plâtre dans lesquelles vous aurez percé les emplacements pour les ampoules.
Une fois l’isolation de votre faux plafond terminée, vous pourrez passer aux travaux de peinture et d’embellissement de votre pièce.

Si votre faux plafond existe déjà

Tout d’abord sachez que si votre faux plafond est difficile d’accès, vous pouvez le percer à un seul endroit et insuffler de la laine de verre ou de roche directement à l’aide d’une machine souffleuse. Il suffit de reboucher le trou en fin d’opération. Vous pouvez louez cette machine dans un magasin de bricolage pour 69€ par jour.

Si vous avez choisi la mousse ou la laine en rouleaux, il faudra la dérouler dans le plénum. Il s’agit de l'espace situé entre le plafond et la structure du faux plafond. Pensez à conserver un espace d’air essentiel à une bonne isolation : il faut laisser 1/3 du volume vide et remplir le reste avec l’isolant choisi.

Notez que les isolants pour plafond  comportent tous une face de papier kraft conçue pour s’opposer à la vapeur. Il faut toujours positionner cette face côté intérieur.

Si votre faux plafond est en mauvais état

La solution consiste à l’isoler uniquement  sur les contours. Ainsi, votre faux plafond ne cédera pas sous le poids des isolants mais l’isolation risque de ne pas être optimale. Si votre installation est vétuste, le mieux est encore de ne prendre aucun risque et de faire appel à un professionnel

Réaliser soi-même l’isolation de son faux plafond n’est pas une mince affaire,  d’autant plus quand il faut également créer le faux plafond. L’opération requiert de connaitre les matériaux adéquats et de bien se renseigner au préalable. La meilleure solution d’isolation est celle qui sera adaptée à vos besoins. Une bonne isolation peut vous permettre de réaliser des économies d’énergie et de vous sentir plus à l’aise dans votre logement. Il ne faut pas donc pas hésiter à contacter un artisan ou une société qui sera capable de réaliser vos travaux d’isolation sans aucun risque.